-->

Ukraine : Culture

Coutumes

Durant de longues années, l'Ukraine a été considérée comme une simple partie de la Russie, sans identité particulière. C'était oublier un peu vite que c'est d'Ukraine que sont originaires le bortsch, les oeufs peints ou les célèbres chansons et danses cosaques. La grande majorité des Ukrainiens de l'Ouest sont à l'avant-garde de leur culture, parlent l'ukrainien et n'ont pas peur d'afficher leur nationalisme. Ce sentiment est en revanche moins fort dans l'Est du pays où vivent plus de dix millions d'habitants d'origine russe et où le russe est la langue la plus répandue.

Langue

Tout comme le russe et le biélorusse, l'ukrainien est une langue slave. Des trois, c'est même, à vrai dire, celle qui se rapproche le plus du slavon originel qui était parlé à Kiev au IXe siècle, avant l'introduction du slavon d'église, plus formel, qui fut introduit avec la chrétienté au Xe siècle. Bien qu'ayant souffert de la prédominance du russe et du polonais, ainsi que de son interdiction par le tsar Alexandre II, la langue ukrainienne a toutefois survécu et a tendance à se développer de plus en plus. Elle a été adoptée comme langue officielle de l'Ukraine en 1990 mais le russe reste largement compris à travers tout le pays.

Nourriture

La cuisine ukrainienne est une cuisine de campagne en grande partie composée de céréales et de légumes tels que pommes de terre, choux, betteraves ou champignons. La viande est traditionnellement bouillie, sautée ou cuite à l'étouffée. Les desserts sont généralement à base de miel et de fruits, principalement des cerises et des prunes. Si les varenyki (sortes de petits raviolis farcis) sont l'en-cas préféré des Ukrainiens, c'est néanmoins le salo (saindoux) qui remporte tous les suffrages. La consommation de salo en Ukraine remonte à des siècles et semble comparable à la passion des Italiens pour les pâtes. Originaire d'Ukraine, le bortsch (soupe de betteraves et de chou) est généralement servi avec de la crème. Paradoxalement, les plats traditionnels ukrainiens sont difficiles à trouver dans les restaurants de catégorie supérieure qui lui préfèrent souvent une cuisine européenne à la mode. En fait, c'est dans les familles que vous goûterez la meilleure cuisine, si vous avez la chance d'être invité. L'alcool est très répandu dans le pays, en particulier la vodka (diminutif de voda, "eau"), qui provient de la distillation de blé, de seigle, voire de pommes de terre.

Religion

La chrétienté est entrée en Ukraine à la fin du Xe siècle. En 1054, l'église catholique et l'église orthodoxe se séparent. L'église orthodoxe se divise ensuite en trois branches, chacune entretenant des relations différentes avec les autorités de Rome et de l'église orthodoxe de Moscou.

Arts

Les origines de la littérature nationale remontent à l'époque médiévale avec des textes slaves telles que le Slovo o polku Igorieve, datant du XIIe siècle. Les débuts de la littérature moderne se situent vers le milieu du XVIIIe siècle avec le philosophe Hryhorii Skovoroda, le "Socrate ukrainien", qui écrivait des poèmes et des essais philosophiques destinés au grand public plutôt qu'aux élites intellectuelles. Né en 1814, ancien serf devenu héros national, l'ardent nationaliste Tarass Chevtchenko est le premier écrivain vraiment important qu'ait connu l'Ukraine. Ivan Franko est, quant à lui, l'écrivain le plus talentueux du début du XXe siècle et le plus prolifique (son œuvre comprend des romans, de la poésie, des pièces de théâtre, de la philosophie et des contes pour enfants). Si elle a beaucoup inspiré les auteurs ukrainiens, l'occupation soviétique les a également fait souffrir. Arbres d'hiver (1968), de Vasyl Stous (mort dans un camp de travail soviétique), rend ainsi l'agonie de la dissidence sous forme poétique. L'Union des écrivains de Kiev a joué un rôle majeur dans le processus d'indépendance qui a abouti en 1991.
L'architecture nationale est très marquée par les édifices religieux, en particulier les églises de bois, uniques en leur genre, construites sans aucun clou et surmontées de dômes, bulbes et coupoles. Dans les années 1930, des centaines d'édifices religieux (dont quatre cathédrales du XIIe siècle) ont été détruits par les Soviétiques dans le but d'annihiler l'identité et le nationalisme ukrainien. La peinture ukrainienne plonge également ses racines dans la religion. Jusqu'au XVIIe siècle, cette inspiration se manifestait principalement au travers des icônes, ces représentations du Christ, de la Vierge et des saints, peintes sur bois à l'encaustique ou à la détrempe. Les arts de la mosaïque, des fresques et de l'enluminure de manuscrits se sont développés à la même période. La prédominance des Cosaques au XVIIe siècle a vu la naissance d'une nouvelle forme d'art, séculière cette fois-ci, empruntant ses thèmes à la culture nationale. Aujourd'hui, après des années de réalisme soviétique, on assiste à un retour en force des expérimentations stylistiques et des sujets nationaux.
La musique ukrainienne plonge ses racines dans la tradition vieille de plusieurs siècles des bylyny (poèmes épico-narratifs) et des doumys, qui sont de longues ballades glorifiant les exploits des Cosaques. La musique traditionnelle trouve également ses origines chez les kobzary, ces ménestrels errant des XVIe et XVIIe siècles qui chantaient des chansons contant des aventures héroïques (de Cosaques, la plupart du temps) en s'accompagnant à la kobza, instrument semblable au luth. Au XVIIIe siècle, la kobza est remplacée par un instrument de taille plus conséquente pouvant compter jusqu'à 45 cordes : la bandoura. Les groupes de bandouristes deviennent vite très populaires dans le pays et l'instrument devient un symbole national. Aujourd'hui très célèbre, le Ukrainian Bandurist Chorus, des bandouristes de Kiev, donne des concerts dans le monde entier. Concernant la musique classique, Mykola Lysenko est sans nul doute le compositeur ukrainien le plus reconnu, notamment pour ses compositions pour piano inspirées de chansons traditionnelles ukrainiennes. Beaucoup plus contemporain, le groupe punk Gogol Bordello compte parmi les plus célèbres du pays, tout comme la chanteuse Nina Matvienko, dont les chansons puisent largement dans le répertoire traditionnel ukrainien.

Mis à jour le : 27 novembre 2012
Vizeat

Articles récents