Bhoutan

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Bhoutan
  4. Comment circuler

Bhoutan : Comment circuler

Transports au Bhoutan

Il n’existe aucune voie ferrée au Bhoutan. Les seuls moyens de visiter le pays sont donc la route et la marche à pied, mais cela semble en passe de changer grâce au développement des liaisons aériennes intérieures avec Druk Air.
Le principal axe routier, la National Hwy, est une route goudronnée de 3,5 m de large qui serpente dans les montagnes, traverse des ponts grinçants, longe le bord de falaises et passe des cols montagneux à haute altitude. Les cours d’eau, les coulées de boue et les chutes de pierres présentent des risques continuels, surtout quand il pleut. La route peut facilement être bloquée par la neige ou les glissements de terrain et son déblaiement peut prendre entre une heure et plusieurs jours. Prenez donc de quoi lire.
Les tour-opérateurs utilisent des véhicules modernes : bus, minibus ou SUV en fonction de la taille du groupe. Ceux-ci peuvent vous emmener presque partout dans le pays, mais pour les voyages dans le centre et l’est du Bhoutan en hiver (décembre-février) ou pendant la mousson (juin-septembre), rouler en 4x4 est un avantage voire une nécessité.
Si vous voyagez avec un visa touristique, le coût de tous les transports est inclus dans le prix de votre séjour et vous disposerez d’un véhicule pour les trajets aussi bien courts que longs.

Avion

Le Bhoutan a des projets ambitieux en matière de liaisons aériennes intérieures. Des aéroports ont été créés à Yongphula (sud de Trashigang, extrême est), Gelephu (sud du pays, près de la frontière indienne) et Bathpalathang/Jakar (Bumthang, centre du Bhoutan). Au moment de la rédaction de ces lignes, seuls des vols Druk Air (www.drukair.com.bt) pour Bathpalathang étaient proposés et l’autre compagnie bhoutanaise, Bhoutan Airlines (www.Bhoutanairway.com), avait suspendu tous ses vols. Renseignez-vous auprès de votre voyagiste pour connaître la situation actuelle.
Lorsque des vols réguliers seront proposés, les aéroports de Yongphula et de Gelephu, en particulier, pourraient diversifier leurs destinations et améliorer les itinéraires dans ces régions du Bhoutan.

Vélo

Certains voyageurs emportent leur VTT au Bhoutan. Plusieurs voyagistes peuvent vous aider à organiser un circuit à vélo.

Bus

Les bus publics sont bondés et grinçants, et les routes sinueuses les rendent doublement inconfortables. Le Bhutan Post Express, géré par l’État, et les minibus d’autres entreprises sont surnommés “comètes à vomi”, tant leurs passagers souffrent souvent de mal de la route. Des compagnies privées telles que Dhug, Metho et Sernya utilisent des bus Toyota Coasters plus confortables qui coûtent environ 50% de plus que le tarif des minibus.
Des bus partent au moins une fois par jour de Thimphu pour Phuentsholing, Haa, Paro et Punakha. Des bus longue distance relient Thimphu entre une et trois fois par semaine à Zhemgang, Samtse, Trashi Yangtse, Mongar, Phobjika et Trashigang. Les tarifs sont peu élevés.
Les bus publics parcourent Thimphu à partir de Chang Lam et vont jusqu’à Dechenchoeling, au nord, et Simtokha et Babesa, au sud. Itinéraires, tarifs et horaires sont disponibles sur www.Bhoutanpost.com.bt.

Voiture et moto

Tous les transports étant fournis par les tour-opérateurs, vous ne devriez pas avoir à vous soucier de la conduite. Si, pour une raison quelconque, vous organisez vous-même vos déplacements, il est toujours largement préférable d’utiliser une voiture avec chauffeur ou un taxi. Conduire au Bhoutan est extrêmement pénible. Les routes sont étroites et des camions peuvent surgir à toute allure dans les virages en épingle à cheveux, forçant les véhicules qui arrivent en face à se ranger sur le côté. Étant donné que la plupart des routes ne dépassent pas les 3,5 m de large, les dépassements nécessitent que l’un des deux véhicules, ou les deux, se place au bord de la chaussée.
Des circuits à moto au Bhoutan peuvent être organisés par Himalayan Roadrunners (www.ridehigh.com) et Saffron Road Motorcycle Tours (www.saffronroad.com). L’entreprise locale Black Dragons Motorcycle Club (www.Bhoutandragons.blogspot.com), basée à Thimphu, peut fournir des conseils aux motocyclistes qui souhaitent aborder les routes du Bhoutan.

Circuler avec votre propre véhicule

Si vous entrez au Bhoutan à bord d’un véhicule, vous pouvez vous procurer un permis valable 14 jours au poste-frontière de Phuentsholing. Vous aurez besoin de l’aide d’un tour-opérateur pour effectuer les démarches. Si vous conduisez un véhicule immatriculé à l’étranger, il vous faudra un laissez-passer pour arriver par l’Inde.
Les visiteurs indiens peuvent voyager sur presque tout le territoire bhoutanais avec leur propre véhicule après avoir fait viser tous les documents nécessaires, notamment le certificat d’immatriculation, la carte d’assurance, les certificats d’émissions et de bon état de marche et les permis de conduire, par la Road Safety and Transport Authority (www.rsta.gov.bt) à la frontière. La réglementation routière est la même qu’en Inde et son application est contrôlée de façon très stricte.

Permis de conduire

Les employés et bénévoles d’ONG qui tiennent à conduire au Bhoutan doivent obtenir un permis de conduire délivré par la Road Safety and Transport Authority. Les permis bhoutanais sont également valides dans toute l’Inde.
Le permis de conduire international n’est pas valide au Bhoutan. En revanche, le permis indien est valide et les ressortissants indiens peuvent conduire au Bhoutan. Cependant, à moins d’être un pilote de rallye expérimenté ou d’être originaire d’une station de montagne telle que Darjeeling et d’avoir une bonne expérience de la conduite en montagne, il est plus prudent de faire appel à un conducteur professionnel.

Réglementation routière

Les véhicules roulent à gauche et la circulation est bien plus ordonnée que dans la plupart des autres pays d’Asie du sud. Les limitations de vitesse sont basses en ville et sur les routes rurales ; vous aurez de la chance si vous dépassez les 30 km/h sur les routes de montagne.
Comme dans toute l’Asie, il est important que la police détermine qui est en tort dans tout accident de la circulation. Par conséquent, il faut que les policiers arrivent et prennent la décision avant que les véhicules puissent être bougés, même s’ils bloquent une route étroite. Un accident relativement mineur peut bloquer une route plusieurs heures pendant que tout le monde attend patiemment que la police arrive de la ville la plus proche.

Transports locaux

Taxi

On trouve des taxis à Phuentsholing, Paro et Thimphu. Ils peuvent être dotés de compteurs, mais les chauffeurs s’en servent rarement. Pour les longues distances, ils appliquent un prix forfaitaire qui est rarement négociable.
Attendez-vous à payer 60 Nu pour une course locale à l’intérieur de Thimphu, 800 Nu pour une journée entière et de 650 Nu par personne à 2 600 Nu (véhicule entier) pour aller de Thimphu à Phuentsholing. Si vous voyagez entre ces deux dernières villes, cherchez un taxi qui vient du lieu où vous voulez aller (les véhicules immatriculés BT-2 sont originaires de Phuentsholing et ceux immatriculés BT-1 de Thimphu ou de Paro) – cela vous permettra peut-être de négocier un prix plus bas.

Mis à jour le : 16 septembre 2014

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable au Bhoutan

Paramètres des cookies