Tripoli

Tout à la fois moderne et ancrée dans la tradition, la capitale libyenne (Tarablous en arabe phonétique) est la ville la plus attrayante du pays. Jadis surnommée la « Blanche Mariée de la Méditerranée », puis plus récemment « La Havane de l'Afrique du Nord » elle est forte d'une histoire mouvementée et combine magnifiquement la langueur méditerranéenne et l'animation des médinas orientales. Plus que n'importe où ailleurs, on y devine cet optimisme propre à la nouvelle Libye.

La région a gardé l'empreinte des civilisations qui l'occupèrent tour à tour. L'arc romain de Marc-Aurèle est l'un des témoins de l'implacable rivalité qui opposa de tout temps les puissances du pourtour méditerranéen, avides de s'emparer de ce mouillage resté l'un des meilleurs ports naturels d'Afrique du Nord. Les mosquées turques attestent des indéfectibles liens unissant Tripoli au monde islamique ; la médina est un véritable dédale où le flâneur croise aussi bien des souks (marchés) que de splendides édifices publics. Enfin, dans le centre-ville, des façades italianisantes décaties viennent clore cette litanie d'invasions.

Aujourd'hui la capitale libyenne connaît un véritable essor, tirant aussi bien parti des richesses pétrolières de l'arrière-pays que de la fragile renaissance de ses amitiés occidentales. Sise entre mer et désert, Tripoli fut toujours chérie des voyageurs, quand bien même sa position de carrefour lui aura valu, au gré de l'histoire, plus que son content de turpitudes.

À ne pas manquer

  • Le labyrinthe de ruelles de la médina
  • Une belle leçon d'histoire libyenne au musée Jamahiriya
  • Le magnifique intérieur de la mosquée Gurgi
  • Le passé romain de Tripoli, avec l'arc de Marc-Aurèle, et la somptueuse maison de Youssouf Karamanli
  • Les splendides façades italianisantes à l'est de Green Square
  • Des emplettes en toute sérénité dans les souks de la médina
  • Un déjeuner au Mat'am Obaya dans la médina et un dîner au marché aux poissons
Mis à jour le : 6 février 2017
Paramètres des cookies