1. Accueil
  2. Magazine
  3. Reportages
  4. Restrictions de voyage en Chine : ce qu’il faut savoir sur le nouveau coronavirus
Reportages

Restrictions de voyage en Chine : ce qu’il faut savoir sur le nouveau coronavirus

Texte par

John Walton (traduit de l'anglais par Maud Combier-Perben)

Mis à jour le : 30 janvier 2020

Carte

L’apparition d’une nouvelle maladie respiratoire il y a quelques semaines dans la ville de Wuhan, en Chine, a conduit les autorités chinoises à placer plusieurs villes du pays en quarantaine. À l’instar du SRAS et du MERS, cette nouvelle forme de coronavirus (baptisé provisoirement 2019 nCoV en attendant que l’OMS lui donne un nom officiel) se propage rapidement via les liaisons aériennes internationales, et a déjà atteint le Japon, la Thaïlande, la Corée , les États-Unis et la France – une liste qui risque fort de s’allonger très prochainement. 

Jeudi dernier, aux États-Unis, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont fait passer leurs recommandations du niveau 1 au niveau 3 (le plus élevé), demandant aux citoyens américains d’éviter tout déplacement non impératif dans les régions infectées par le virus. Parallèlement, le Département d’État a conseillé aux personnes projetant un voyage en Chine de faire preuve de la plus grande prudence.


En France, le Centre National de référence (CNR) des virus des infections respiratoires (dépendant de l’Institut Pasteur) a mis en place son propre test de dépistage du virus. Ainsi, à la moindre suspicion de contamination, le test révèle en quelques heures si le patient est atteint ou non par le virus. Pour le moment, on recense officiellement 5 personnes infectées et 6 personnes susceptibles d’être contaminées. Un premier vol de rapatriement de 200 français expatriés dans la région de Wuhan et ne présentant aucun symptôme est attendu jeudi 30 janvier sur le sol français.
 


Les autorités chinoises ont, pendant ce temps, restreint les déplacements d’environ 35 millions de personnes en pleine période de festivités du Nouvel An chinois. Ainsi, pas moins de dix villes ont été placées en quarantaine dans la province de Hubei, où se situe Wuhan, afin de limiter la propagation du virus.
Par ailleurs, certains sites touristes hors de Hubei ont également été fermés temporairement comme le parc Disney de Shanghai, la Cité interdite à Pékin ainsi que certaines sections de la Grande Muraille.

coronavirusairport.jpg

La Chine a mis en place des mesures de dépistage afin d’endiguer la flambée épidémique de pneumonie virale qui sévit sur son territoire, alors que des centaines de millions de Chinois ont prévu de voyager à l’occasion des fêtes du Nouvel An

Aussi, les personnes amenées à voyager en ce moment doivent s’attendre à ce que les compagnies aériennes fassent des annonces à propos du virus et demandent à tout voyageur présentant des symptômes évocateurs de la maladie de se signaler auprès d’elles. De manière générale, mieux vaut éviter de prendre l’avion quand on est souffrant, d’autant que les compagnies aériennes se réservent le droit de refuser l’accès d’un passager malade à bord.

Des pratiques susceptibles de concerner tout particulièrement les voyageurs de nationalité et/ou d’origine chinoise ou asiatique. En effet, ce n’est certainement pas un hasard si la comédienne américaine d’origine coréenne Margaret Cho a trouvé que les mesures de lutte contre le SRAS relevaient plutôt du « Syndrome Raciste Anti-asiatique Sévère »... Ces derniers jours en France, de nombreuses personnes d’origine asiatique disent se sentir discriminées. Insultes et comportements racistes à leur égard se font ressentir chaque jour un peu plus, notamment dans les transports en commun ou même dans les universités. 

 

Évitez les déplacements à ou via Wuhan

La province de Hubei – où se situe Wuhan – a été placée en quarantaine. Les compagnies aériennes ont annulé des centaines de vols à destination et en provenance de Wuhan, clouant de nombreux voyageurs au sol. Le gouvernement chinois a également décidé d’interrompre les transports publics, notamment les services de bus, de ferries et de trains, tandis que la plupart des lieux publics ont été fermés jusqu’à nouvel ordre.

coronavirusscreening_0.jpg

À l’aéroport international de Singapour-Changi, des agents de santé procèdent au dépistage des passagers en provenance de Chine à l’aide de scanners thermiques

Si vous devez prendre un vol faisant escale à Wuhan (auquel cas le code de l’aéroport WUH doit apparaître sur votre billet), il peut être judicieux d’essayer de modifier votre vol. Compte tenu des circonstances, il est probable que la compagnie aérienne se soit préparée à faire transiter ses passagers via une autre ville. À défaut, restez calme et demandez poliment à parler à un responsable.
Par ailleurs, votre assurance voyage pourra peut-être vous aider à obtenir gain de cause, puisque les autorités chinoises recommandent d’éviter tout voyage dans la région. Aussi, si la compagnie refuse de modifier votre vol, demandez à parler à un responsable et insistez sur le fait qu’il leur en coûtera bien moins cher de vous réacheminer plutôt que d’avoir à rembourser vos frais médicaux dans le cas où vous tomberiez malade pendant votre voyage. 
 

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

N’étant pas médecin, je me garderai bien de vous donner des conseils médicaux et vous invite à consulter votre généraliste au moindre doute. Cependant, je me permets de vous donner mon avis de journaliste spécialisé dans l’aviation : je n’ai pas prévu d’interrompre mes projets de voyage et je dois avouer que la perspective de continuer à voyager à l’international – en évitant Wuhan bien entendu, ainsi que toute zone touchée par l’épidémie – ne m’inquiète pas outre mesure.
Les coronavirus forment une vaste famille des virus à l’origine de maladies diverses allant du banal rhume au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en passant par le MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient). D’après les scientifiques, le mode de transmission du nouveau coronavirus de Wuhan est très semblable à celui d’un simple rhume. Mais contrairement à celui-ci qui n’entraîne que des symptômes bénins, ces nouveaux types de coronavirus peuvent être beaucoup lourds de conséquences.

coronavirus.jpg

À l’aéroport international d’Hong Kong, les voyageurs portent des masques pour éviter une potentielle infection

Toujours d’après les experts, les précautions à prendre en voyage pour se protéger contre cette maladie sont les mêmes que dans le cadre d’une épidémie de rhume ou de grippe.

Si vous voyagez, respectez les précautions d’usage, où que vous soyez

Il ne s’agit ni de la première ni de la dernière épidémie due à un coronavirus émergent. Encore une fois, je ne suis pas médecin mais en tant que grand voyageur, je respecte toujours les précautions d’usage et j’ai en outre adopté certains comportements de routine pour éviter de tomber malade.
Tenez-vous éloigné(e) des personnes malades, et si vous développez des symptômes plus graves que ceux d’un banal rhume alors que vous voyagez ou que vous vous trouvez en contact avec de nombreuses personnes (dans une grande métropole par exemple), la première chose à faire est d’appeler votre médecin, surtout si vous vous êtes récemment rendus dans des zones touchées par le virus, puisque dans ce cas, des procédures de confinement spécifiques sont prévues pour les personnes présentant un risque élevé de contracter la maladie.
Si, dans l’avion, vous entendez quelqu’un tousser, cracher et se moucher non loin de vous, prévenez l’équipage et demandez à ce que l’on vous change de place. (Notez néanmoins qu’un tel signalement conduira certainement à ce que la personne en question soit interrogée sur ses antécédents de voyage, ce qui aura pour effet de retarder votre vol. Aussi, gardez la tête froide et ne cédez pas à la panique au moindre éternuement !).

J’ai toujours fait très attention à me laver régulièrement les mains en voyage (et, entre deux lavages, à utiliser du gel hydroalcoolique), en particulier dans les transports publics. Porter un masque dans ces derniers et dans l’avion me paraît également judicieux, tout comme le fait d’emporter un paquet de lingettes désinfectantes pour les mains afin de nettoyer les zones que vous serez amené(e) à toucher dans l’avion.
Évitez également de vous toucher le visage pendant et après un trajet en transport public, après être allé dans des toilettes publiques ou tout simplement après avoir été au contact de choses que d’autres personnes ont touchées. Partez du principe que tout le monde n’est certainement pas aussi assidu que vous en ce qui concerne le lavage des mains…
Enfin, le marché aux poissons de Wuhan étant considéré comme le berceau de l’épidémie, j’éviterais de visiter tout marché où se trouvent animaux vivants, viande crue, fruits de mer et autres produits vendus en plein air, quel que soit l’endroit où je me trouve.
 
Article publié pour la première fois le 22 janvier 2020 et mis à jour le 24 janvier.
 



Paramètres des cookies