1. Accueil
  2. Magazine
  3. Épidémie de Covid-19
  4. Où peut-on voyager actuellement ?
Épidémie de Covid-19

Où peut-on voyager actuellement ?

Texte par

Elisabeth Blanchet

Mis à jour le : 6 octobre 2020

Carte

L’envie de voyager nous titille tous de plus en plus. Certains d’entre nous commencent même à souffrir de légères frustrations, d’autant plus que les vacances d’automne approchent. Pourtant, la crise sanitaire que nous traversons n’invite pas au voyage, elle le restreint plutôt et le rend incertain. Dans quelles conditions pouvons-nous encore voyager et où ? Des pays « interdits » à ceux qui continuent à accueillir les étrangers sans restrictions, tour d’horizon des conditions de voyage en France, en Europe et dans le monde entier.
 

Voyager en France métropolitaine et Outre-mer

La situation sanitaire et les mesures prises par le gouvernement changent d’une semaine à l’autre ou presque, d’où la nécessité de vous tenir informé en quasi-permanence si vous souhaitez voyager. Pour les balades en France métropolitaine, le gouvernement n’impose à ce jour aucune restriction de déplacement. Par contre, vous ne pourrez pas vous envoler vers les collectivités d’Outre-mer - Guyane, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis et Futuna -, sauf si vous pouvez justifier d’un motif familial ou professionnel impératif. Pour les Antilles, dont la Guadeloupe qui est en zone d’alerte maximale, un test PCR Covid-19 - obligatoire à partir de 11 ans - négatif réalisé dans les 72h avant l’embarquement est exigé avant d’embarquer ainsi qu'une attestation sur l’honneur - à remplir à partir de ce formulaire - précisant que vous ne présentez pas de symptômes et  que vous n’avez pas connaissance d’avoir été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les quatorze jours précédant votre vol. En ce qui concerne les voyages d’Outre-mer vers la France métropolitaine, vous devrez présenter la même attestation sur l’honneur et vous serez encouragé à faire un test et à observer une période d’auto-confinement de 7 jours.
 

fran-boloni-jskjkv4oc5q-unsplash.jpg

Il n'y a pas de restrictions sur les possibilités de se déplacer en France métropolitaine

D’autre part, s’il n’existe pas de restrictions sur les possibilités de se déplacer en France métropolitaine, les règles changent d’une ville ou d’un département à l’autre en ce qui concerne le port du masque, les regroupements entre personnes, les horaires de fermeture des restaurants, les fermetures des bars, des salles de sports etc… La meilleure façon de savoir « où on va » est de suivre les annonces du gouvernement et des régions et l’évolution dans les teintes rouges du coloriage de la carte de France sur le site du ministère des solidarités et de la santé.
 

Les pays européens interdits aux Français

Commençons par les voyages malheureusement impossibles. En Europe, Chypre, le Danemark, la Hongrie et la Russie gardent leurs frontières fermées aux Français. Mais ne criez pas au désespoir, la situation peut vite évoluer. Si l’un de ces pays vous attire particulièrement, connectez vous sur le site du ministère des affaires étrangères, tapez votre destination de prédilection et vous serez mis à jour sur ses conditions d’accès.
 

Les pays européens imposant des conditions

Pour connaître les conditions d’entrée dans tout autre pays d’Europe, consultez le même site. Les informations sont mises à jour dès que des changements interviennent dans tous les pays du monde. De plus, pour chaque pays, un résumé vous renseignera sur les conditions d’accès et sur les documents à présenter à l’entrée ou lors de vos déplacements. Vous serez également informé sur la conduite à tenir en public - quand et où utiliser le masque -, sur la taille des regroupements, sur les ouvertures et les fermetures des lieux publics tels que les bars, les restaurants, les musées etc…Vous pouvez aussi compléter vos recherches en consultant également le site Re-open EU, créé par la Commission européenne en juin - appli à l’appui - pour faciliter les voyages au sein de l’Union européenne.
 
Ainsi, par exemple, si vous voulez partir en Italie et si vous arrivez des régions - ou si vous avez séjourné au cours des 14 jours précédent votre départ - Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Hauts de France, Ile de France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur, vous devrez vous signaler à l’autorité sanitaire régionale et présenter un test PCR négatif ou les résultats d’un test antigénique de moins de 72h. Sinon, vous devrez vous soumettre à un test sur place. De plus, quelle que soit votre région d’origine, vous devez remplir un formulaire d’entrée en Italie que l’on peut trouver sur le site du ministère des affaires étrangères dans la rubrique « destination Italie ».
 

john-cameron-2kak4914jt4-unsplash.jpg

Au Royaume-Uni, les autorités procèdent à des contrôles aux domiciles déclarés des visiteurs devant respecter une quarantaine à leur arrivée dans le pays.

D’autres pays européens ont mis en place des quatorzaines comme le Royaume-Uni. Depuis le 15 août, tous les voyageurs venant de France sont dans l’obligation de déclarer un lieu d’auto-confinement au Royaume-Uni où ils devront rester cloitrés pendant deux semaines. Toute infraction est passible d’une amende variant de 1100 à 3500 euros… Attention, car les autorités britanniques procèdent à des contrôles aux domiciles déclarés. De plus, au moins 48h avant d’entrer au Royaume-Uni, il est obligatoire de remplir un formulaire avec ses contacts, son adresse de résidence ou de séjour et des informations sur la nature du voyage. Un lien vers ce document est également disponible sur le site du ministère des affaires étrangères.
 
Outre l’Italie et le Royaume-Uni, les autres pays européens à imposer des conditions d’accès - tests, preuves d’hébergement, quatorzaines… - sont l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Biélorussie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, l’Espagne, l’Estonie, la Grèce, l’Irlande, l’Islande, le Kosovo, la Lettonie, la Lituanie, Malte, le Monténégro, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Serbie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suisse et l’Ukraine.

joan-villalon-hxlc8hgejhm-unsplash.jpg

Le Luxembourg reste totalement ouvert aux visiteurs français, sans aucune restriction de voyage

Les pays ouverts

Enfin, pour boucler la rubrique Europe sur une note positive, il existe encore des pays européens aux frontières grandes ouvertes qui n’imposent aux ressortissants français aucune condition d’accès : l’Albanie, la Bulgarie, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, la Roumanie et la Suède.
 

Ailleurs dans le monde

Hors de l’Europe, la liste des pays fermés aux Français est malheureusement plus longue que celle de ceux qui leur sont ouverts. Parmi les plus touristiques, notez que le Canada, les Etats-Unis, la Thaïlande, l’Inde, l’île Maurice, Israël, l’Australie, le Japon, l’Argentine et l’Afrique du Sud ne sont pas accessibles. Il est donc plus facile d’énumérer les pays dont les frontières sont toujours ouvertes, sous réserve de conditions d’accès pour la plupart. Ainsi en Amérique Centrale et du Sud, on peut encore se rendre au Bélize, au Brésil, au Costa Rica, en Equateur, au Guatemala, en Jamaïque, au Mexique et en République dominicaine. En Afrique, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Maroc, la Namibie, les Seychelles, la Tanzanie et la Tunisie ont gardé leurs frontières ouvertes tout comme le Cambodge, la Corée du Sud en Asie, Dubaï, la Jordanie et le Liban au Moyen-Orient. Pour vous tenir au fait des restrictions éventuelles mises en place par ces pays, consultez le site du ministère des affaires étrangères.

slava-8czr8huet7u-unsplash.jpg

Pour les destinations hors Europe, consultez régulièrement le site des affaires étrangères pour connaître les dernières restrictions en place

Revenir de l’étranger

Vous avez réussi à partir à l’étranger, encore faut-il pouvoir en revenir ! Les conditions d’entrée sur le territoire français varient en fonction du pays d’origine. Sachez que si vous revenez d’un état membre de l’UE ou des pays suivants - Andorre, Australie, Canada, Corée du sud, Géorgie, Islande, Japon, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Rwanda, Saint-Marin, Suisse, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, Vatican -, vous ne serez soumis à aucune restriction sanitaire liée à la Covid-19. En ce qui concerne les autres pays, les conditions varient - tests exigés au départ ou à l’arrivée, septaine obligatoire à l’arrivée - et vous pouvez les découvrir pays par pays sur le site de France Diplomatie. Dans tous les cas, les documents suivants sont exigés : une attestation de déplacement international dérogatoire vers la France métropolitaine et une déclaration sur l’honneur que vous ne présentez pas de symptômes de la Covid-19, des documents téléchargeables sur le site Internet du ministère de l’Intérieur.
 

Quelques règles pour se déplacer, se loger et fréquenter des endroits publics

Les aéroports et les gares se sont mis au diapason de la crise sanitaire : port du masque obligatoire, marquages au sol pour aider les voyageurs à maintenir la distanciation sociale, distributeurs sans contact de solution hydroalcoolique… Dans la plupart des aéroports, des caméras thermiques installées aux arrivées permettent de détecter la température humaine et donnent l’alerte si une personne dépasse les 38°C. Cette dernière est alors isolée et sa température est vérifiée à l’aide d’un thermomètre sans contact. Les palpations sont limitées au strict minimum au passage de la sécurité et les bacs pour les bagages cabines sont systématiquement désinfectés après chaque utilisation. A bord, en train comme en avion, le port du masque est obligatoire et la plupart des compagnies aériennes exigent des masques chirurgicaux.
 

istock-1211554852.jpg

Dans tous les cas, le port du masque reste obligatoire lors de vos déplacements

A propos de compagnies aériennes, elles sont bien sûr touchées de plein fouet par la crise et l’Association du Transport Aérien International (IATA) anticipe une chute du trafic aérien de l’ordre de 66% pour l’ensemble de l’année 2020. Deux tiers d’avions en moins et des prix qui pourraient flamber vous donneront plutôt envie de prendre le train et de vous déplacer moins loin vu le champ des destinations lointaines bien limité. Dans les deux cas, prenez bien soin de vérifier les conditions d’annulation de vos billets. Pensez à vous assurer qu’ils seront bien remboursés en cas d’annulation pour cause de maladie ou en raison de circonstances exceptionnelles et inévitables liées au coronavirus. Quant aux hébergements, aux restaurants et aux lieux accueillant du public, vous devrez vous plier aux règles en vigueur et auxquelles nous sommes déjà habitués : désinfection au gel hydroalcoolique, distanciation sociale, masque, regroupements limités à un certain nombre de personnes etc…
 


Cet article a été rédigé le 6 octobre 2020 avec les informations disponibles à cette date. Nous vous conseillons de consulter en parallèle le site du ministère des affaires étrangères pour des informations mises à jour sur toutes les destinations. 

 



Guide de voyage

Le guide indispensable pour partir au bon moment

Paramètres des cookies