-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Sports et activités
  4. Où et comment avoir le vertige
Sports et activités

Où et comment avoir le vertige

Mis à jour le : 16 décembre 2016

Carte

Échelles bancales, saut à l'élastique, sentiers étroits, tours vertigineuses, chute libre en montagne… Un seul mot d'ordre : ne pas regarder en bas !

1. Arbre bicentenaire Dave Evans (Australie)

Culminant à près de 90 m, les eucalyptus d'Australie-Occidentale font partie des plus hauts arbres au monde. Depuis les années 1930, les rangers de la région de Pemberton ont su en tirer parti. Ils ont planté des pics sur les troncs de quelques beaux spécimens pour créer des observatoires d'où surveiller les feux de forêt. Certains de ces escaliers de fortune se gravissent encore. Le plus haut, celui de l'eucalyptus Dave Evans (68 m), comprend 165 picots. On grimpe sans harnais ni filet de sécurité, mais pas d'inquiétude ! Selon l'office du tourisme local, personne ne s'est jamais tué en montant (mais d'ajouter que deux grimpeurs auraient frôlé la crise cardiaque…).
Dave Evans se dresse dans le Warren National Park. Vente de certificat d’ascension au centre d’accueil de Pemberton (www.pembertonvisitor.com.au).

2. Trek de L'Aconcagua (Argentine)

Le toit des Amériques est sans doute la plus haute ascension non technique du monde, autrement dit le point époustouflant le plus extrême accessible à un randonneur en bonne condition physique novice en l'usage de cordes et de crampons. Absence de technicité ne signifie pas absence de difficultés. L'air raréfié en oxygène de l'Aconcagua (6 962 m) représente en soi un défi. Et avant cela, il faut affronter les lames de glace des penitentes, les vents catabatiques et les 300 m d'éboulis fatigants à franchir, cruellement situés à 6 500 m de Canaleta. Si vous surmontez tous ces défis, vous pourrez fièrement prétendre avoir accédé au sommet du monde des randonneurs.
Pour gravir l’Aconcagua, procurez-vous un permis au bureau du parc national de l’Aconcagua, à Mendoza. Les treks durent environ 3 semaines.

3. Gorge du saut du tigre, Yunnan (Chine)

Michael Palin, l'éminent membre des Monty Python devenu voyageur, a avoué n'avoir jamais eu autant le vertige que coincé entre les « murs » de cette gorge. Il faut dire qu'elle fait partie des canyons géologiques les plus profonds au monde : 3 900 m séparent le lit de la rivière des cimes des monts Haba. À certains endroits, la gorge est si étroite qu'un félin agile pourrait (selon la légende) la franchir, d'où son nom. Une randonnée ici fait tourner la tête au sens propre comme au sens figuré. Traversez des forêts de feuillus et des rizières en terrasse, faufilez-vous sur des sentiers étroits, repérez les chèvres perchées sur les éperons rocheux et… ne regardez pas en bas.
Des bus relient Lijiang à Qiaotou (Chine), point de départ des randonnées dans la gorge. Privilégiez les mois de mai et juin pour les collines en fleurs.

4. Preikestolen (Norvège)

En Norvège, c'est un rocher, le Preikestolen (« la chaire »), qui remporte la palme dans la catégorie « vertige et vue exceptionnelle ». Cet à-pic culminant à 604 m au-dessus du Lysefjord, dans le Ryfylke, est l'un des nombreux reliefs du genre sur la côte ouest du pays. Sa surface plane avance au-dessus du fjord (sans aucun parapet), ouvrant un horizon aussi dégagé que vertigineux. Envie d'un frisson supplémentaire ? Jetez un œil par les fissures à la surface du Preikestolen, un héritage de 10 000 ans de glaciation.
Un sentier de randonnée mène au Preikestolen (comptez 2 heures de marche depuis Tau) ; partez de préférence entre avril et septembre. Plus d’informations sur www.visitnorway.com.

5. Vol en montgolfière, désert du Namib (Namibie)

Les promenades en montgolfière ne semblent pas l'activité la plus chargée en adrénaline. Pourtant, une fois dans les airs, seule une nacelle en osier et un brûleur bruyant vous empêchent de vous écraser sur la terre ferme bien plus bas. Mais quelle terre : le Namib aux ondulations abricot, trop vaste pour être apprécié du sol, est l'une des plus belles destinations pour ce type de vol à l'ancienne. Décollez à l'aube pour voir le soleil embraser progressivement les étendues infinies de sable ocre, seul le curieux bruit du brûleur venant rompre le silence.
Les montgolfières décollent de la région du Sesriem (Namibie). Le lieu précis de décollage dépend de l’orientation des vents.

6. Passerelle de la canopée, parc national de Taman Negara (Malaisie)

La jungle tropicale peut parfois s'avérer tout bonnement ennuyeuse. Bien sûr, vous savez qu'elle recèle la biodiversité la plus importante de la planète, vous entendez des cris et sentez la présence de milliers de bêtes. Mais souvent, vous ne voyez rien. La passerelle du parc de Taman Negara (Malaisie) qui abrite certains des plus vieux spécimens de la jungle vous donne une occasion en or. Vacillant à 45 m au niveau de la cime des arbres, la plus longue passerelle suspendue au monde (510 m) offre une vue à hauteur d'oiseau (calao, bulbul ou une autre espèce des 348 représentées ici) sur une végétation dense, abondante et mystérieuse.
La passerelle (www.taman-negara.com, 5 RM) est ouverte du samedi au jeudi de 11h à 14h45 et le vendredi de 9h à 12h.

7. Téléphérique de la Montagne de la Porte du Ciel (Chine)

Les téléphériques ont toujours un côté peu rassurant. On se demande comment ces grosses cabines en métal peuvent se balancer de la sorte sans que les câbles cèdent. Le téléphérique du mont Tianmen (la montagne de la Porte du Ciel) paraît le plus effrayant de tous. Avec ses 7,5 km et son dénivelé de 1 279 m, le téléphérique le plus long du monde s'élève entre des rochers à pic jusqu'au sommet du mont sacré. De nombreux visiteurs préfèrent encore emprunter ce moyen de transport étourdissant en dépit des risques (réels ou imaginaires) plutôt que d'affronter la montée raide plus difficile de 999 marches. À vous de choisir.
Le mont Tianmen est à 8 km au sud de Zhangjiajie (Chine). Des bus desservent la porte intermédiaire, d’où le téléphérique gagne le sommet.

8. Saut à l'éLastique à Bloukrans Bridge, tsitsikamma (Afrique du Sud)

La discipline est née en Nouvelle-Zélande sur le Kawarau Bridge, un pont de 43 m. Les Sud-Africains se sont approprié le concept, et détiennent le record du plus haut saut commercial à l'élastique (216 m) au monde depuis un pont, le Bloukrans Bridge. Le saut dure plusieurs secondes, ce qui laisse le temps d'observer le sol duquel vous vous rapprochez à toute vitesse avant de rebondir élastiquement dans la gorge de la rivière, le temps d'être remonté. Heureusement, les statistiques sur la sécurité sont exemplaires ; le prince Harry est l'un des milliers de participants pouvant le certifier.
Le Bloukrans Bridge (www.faceadrenalin.com) se trouve sur la Garden Route, à environ 6 heures de voiture à l’ouest du Cap. Les sauts ont lieu toute l’année.

9. Edgewalk, Tour CN, Toronto (Canada)

Tout d'abord, quelques chiffres : 150 m de long, 1,5 m de large et 116 étages. Depuis l'inauguration, en 1976, de cette tour effilée (un des plus hauts édifices autoportants au monde), le rebord de l'observatoire n'a longtemps servi à rien. En 2011, un électricien ingénieux (et courageux) a pensé qu'il serait amusant pour les visiteurs de faire le tour de ce rebord à 356 m : l'EdgeWalk était né. Oserez-vous vous balancer au-dessus de la ville en contrebas avec une poignée d'autres amateurs, attaché par un harnais vous reliant à un rail de sécurité ?
La promenade sur l’EdgeWalk (www.cntower.ca) dure 1 heure 30, avec environ 30 minutes sur le rebord. Annulation possible en cas de mauvais temps.