1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les plus belles scènes du règne animal
Idées de voyage

Les plus belles scènes du règne animal

Mis à jour le : 20 janvier 2017

Carte

Chasses, grandes migrations, repas ou jeux : malgré des similitudes avec certaines de nos activités, la faune sauvage suit son propre chemin, source d’étonnement et de fascination pour les humains que nous sommes.

1. Oiseaux marins de Látrabjarg (Islande)

Les falaises de Látrabjarg, à l’extrême nord-ouest de l’Islande, s’étirent sur 12 km et culminent à 400 m d’altitude. C’est sur ces parois que des millions d’oiseaux marins (macareux, pingouins, guillemots, fulmars, cormorans et mouettes tridactyles) nidifient chaque été. La quantité de guano déposée année après année est telle que la roche en est couverte. Sans être un passionné d’ornithologie, vous serez amusé par les cabrioles du macareux – vrai spectacle comique – et fasciné par le nombre d’oiseaux rassemblés ici – prêt pour la joyeuse cacophonie ?
Il est plus facile d’accéder au site en voiture, même si un bus (www.sterna.is) circule trois fois par semaine en juin-août, au départ d’Isafjordur, principale ville de la région des Westfjords.

2. Papillons monarques (Mexique)

Comment un insecte dont la durée de vie ne dépasse pas quelques semaines sait-il qu’il doit rejoindre un endroit où il n’est jamais allé, situé à plusieurs milliers de kilomètres ? Après un été en Amérique du Nord, d’innombrables papillons monarques migrent chaque année vers le sud pour passer l’hiver dans les forêts de pins sacrés du Mexique. En se déplaçant, ces jolis papillons orange, noir et blanc forment des nuages impressionnants. Et l’on reste bouche bée lorsque l’on remarque qu’ils sont si nombreux à s’être posés sur une branche que celle-ci ploie sous la masse.
La belle ville d’Angangueo, à 130 km à l’ouest de Mexico (Mexique), constitue un bon camp de base pour se rendre à la réserve de la biosphère de papillons d’El Rosario.


Papillons monarques, Mexique. Pablo Leautaud

3. Course des sardines (Afrique du Sud)

Regarder nager des poissons peut se révéler passionnant. Presque chaque année, pour le “Sardine Run”, ces petits poissons se rassemblent par millions – ils forment des bancs qui atteignent parfois 7 km de long – et remontent les eaux situées le long du Cap-Est et du KwaZulu-Natal (Afrique du sud). Les sardines sont alors assaillies par toutes sortes de prédateurs, comme les fous et les cormorans, mais aussi par des milliers de phoques, de dauphins et de requins. Le spectacle est inoubliable, que vous l’observiez à bord d’un bateau ou lors d’une séance de snorkeling, en nageant à proximité des bancs.
La course des sardines n’a pas lieu tous les ans et son itinéraire exact est imprévisible, mais il se déroule entre mai et juillet en général.

4. Grande migration des gnous (Tanzanie)

Chaque été, au moment de leur migration, 1,3 million de gnous traversent la savane d’Afrique de l’Est, accompagnés de centaines de milliers de zèbres, de gazelles et d’oryx… mais aussi de très nombreux prédateurs. Les gnous passent la saison des pluies, de décembre à mai, dans le sud du parc du Serengeti (Tanzanie), puis remontent lentement vers le nord-ouest, traversent le parc national du Serengeti, avant de gagner la réserve nationale des Masaï Mara, au Kenya. La traversée de la rivière Grumeti constitue le moment le plus spectaculaire de cet important voyage. Postés en embuscade, tapis dans l’eau, les crocodiles attendent le passage des gnous pour se jeter sur les individus les plus faibles.
La période de migration varie légèrement chaque année, mais la traversée de la Grumeti a souvent lieu entre mai et juillet.


Migrations des gnous, Tanzanie. Le Piment

5. Festin des ours bruns (états-Unis)

Pour un ours brun, rien de tel que de se régaler de poissons tout juste pêchés dans la rivière ! Dès le début de l’été, d’innombrables saumons abandonnent leur vie en mer pour remonter les cours d’eau et se reproduire. Lorsqu’ils atteignent des rapides ou des petites cascades, ils deviennent une proie facile pour les ours à l’affût, qui se servent alors copieusement. Dans les chutes d’eau de la McNeil River, à 1,5 km en amont de son embouchure, au sudouest de l’Alaska, des ours bruns se rassemblent chaque année pour le festin, et il n’est pas rare d’apercevoir plusieurs dizaines d’ours à la fois.
Seuls 185 permis sont délivrés chaque année, par tirage au sort, pour observer les ours ; pour plus de renseignements, consultez www.adfg.alaska.gov.


Ours bruns dans la McNeil River, États-Unis. Carl Chapman

6. Chauves-souris de la Grotte du Cerf (Malaisie)

Le parc national de Gunung Mulu, dans l’état du Sarawak, sur l’île de Bornéo, abrite une grotte célèbre pour ses colonies de chauves-souris. Elles sont quelque 3 millions à vivre dans cette immense cavité, qu’elles ne quittent qu’à la tombée du jour pour se nourrir. Près de l’entrée, une plate-forme d’observation permet aux visiteurs d’attendre le moment où les chauves-souris jaillissent ensemble de la grotte pour se repaître d’insectes volants, formant un voile sinueux dans le ciel. Sachez que les déjections de ces petits mammifères sentent très fort – il est difficile d’échapper à cette odeur lorsque l’on visite la grotte.
Des visites guidées sont organisées tous les jours dans la grotte. Le départ se fait du siège du parc (www.mulupark.com), qui offre diverses possibilités d’hébergement.

7. RASSEMBLEMENT DES ÉLÉPHANTS (SRI LANKA)

Lorsque le roi Mahasen fit aménager le réservoir de Minneriya (Sri Lanka) au IIIe siècle, il n’imaginait pas combien la faune lui en serait un jour reconnaissante. Centre névralgique du parc national de Minneriya, le lac joue aujourd’hui un rôle essentiel à la saison sèche. Les éléphants affluent alors de toutes les réserves de cette région du Sri Lanka et se dirigent en troupeaux vers le réservoir. Environ 300 pachydermes assoiffés se repaissent d’herbe grasse, s’abreuvent et s’amusent dans l’eau. Une occasion exceptionnelle d’observer les pachydermes !
Le nombre des éléphants réunis à Minneriya augmente généralement vers août ou septembre ; des safaris en J eep sont organisés par les hôtels du secteur.


Éléphants du parc national de Minneriya, Sri Lanka. Yusuf IJsseldijk

8. Repas des orques (Argentine)

L’orque n’a rien du gentil dauphin (même si ce cétacé appartient à la même famille) ! Cette “baleine tueuse” fait des ravages à Punta Norte, à l’extrême nord de la péninsule Valdés (Argentine). C’est sur cette plage que les otaries donnent naissance à leurs petits, qui constituent par ailleurs dans cette contrée le repas préféré des orques. Certains d’entre eux ont mis au point une stratégie redoutable pour attraper leurs proies : ils viennent s’échouer sur la plage puis s’emparent d’une jeune otarie et profitent de la vague suivante pour se laisser emporter par le courant. Une scène impressionnante et dangereuse à observer – mieux vaut ne pas s’attarder sur place.
Les bébés otaries naissent en janvier, et les orques attaquent principalement de février à avril, 3 heures avant ou après la marée haute.

9. Nuée d’étourneaux (angleterre)

Par une brumeuse journée d’hiver, en fin d’après-midi, découvrez les zones humides de la réserve naturelle nationale de Westhay Moor, dans les Somerset Levels (Angleterre). À la nuit tombée, un coin du ciel s’obscurcit et un “nuage” se forme. Il s’agit en fait de centaines de milliers – parfois de millions – d’étourneaux rassemblés en une masse ondoyante, qui monte et s’abaisse sans cesse. Les oiseaux se regroupent ainsi pour mieux se protéger et descendent en piqué pour déjouer l’attention des rapaces. Enfin, dans un mouvement tout en douceur, tel le génie d’Aladin disparaissant dans sa lampe, l’essaim se réunit une dernière fois avant que chaque oiseau aille se poser. Magique !
Westhay est à 5 km au nord-ouest de Glastonbury, par la B 3151 ; prévoyez d’arriver 1 heure avant le coucher du soleil pour voir la nuée d’étourneaux.


Nuée d'étournaux. Dave

10. Colonies de manchots royaux (gÉorgie du sud)

Le film La Marche de l’empereur aurait pu être tourné à St Andrew’s Bay, au sud de l’Argentine, où vivent plus de 250 000 manchots. Difficile de ne pas sentir la forte odeur dégagée par ces colonies de reproduction – les effluves nauséabonds se font oublier dès que l’on aperçoit les premiers manchots. Ces oiseaux majestueux, qui mesurent près de 1 m, sont superbes dans leur smoking noir et blanc, avec leur col orangé. Visiteur, préparez-vous à assister à des scènes comiques et attendrissantes !
Contrée sauvage, les îles de Géorgie du Sud (territoires britanniques) se visitent en général dans le cadre d’une expédition dans la péninsule Antarctique, au départ d’Ushuaia, en Terre de Feu, via les îles Malouines.


Colonies de manchots royaux, Géorgie du Sud. Edward Rooks
 
1000 choses à voir

Découvrez les plus beaux endroits où observer la faune dans le livre 1000 choses à voir dans le monde publié chez Lonely Planet. 

 
Photo macareux : my life, the Universe and...


Paramètres des cookies