1. Accueil
  2. Magazine
  3. Où partir ?
  4. Le top des destinations pour partir en mars
Où partir ?

Le top des destinations pour partir en mars

Mis à jour le : 10 décembre 2018

Carte

Vous vous demandez où partir en vacances en mars ? On devrait pouvoir vous aider à répondre à cette question... Le choix est vaste mais voici nos 10 destinations favorites pour prévoir un voyage hors des sentiers battus, mêlant des critères de découvertes locales et de saison idéale pour la destination concernée. Alors, vous partez où ?

1. La Sicile

Pourquoi en mars ? Pour visiter en toute tranquillité les sites antiques et les villes traditionnelles.
Italienne, la plus grande île de la Méditerranée est empreinte d’un indéfinissable mélange d’influences grecque, arabe, française, espagnole et de nombreuses autres
civilisations qui s’y sont succédé au fil des millénaires. Hors vacances scolaires et avant l’arrivée des groupes de touristes, le début du printemps se prête à l’exploration de ses sites historiques fascinants – théâtre grec de Syracuse et temples d’Agrigente, cathédrale médiévale de Monreale, mosaïques romaines de Piazza Armerina, villes baroques et vestiges normands –, d’autant qu’à cette période les jours s’allongent et se réchauffent. Les prix baissent, et le temps invite à la randonnée et au vélo (même si la neige persiste en altitude). La délicieuse cuisine sicilienne intègre des traditions variées et des ingrédients du cru : agrumes et oliviers sont présents partout.
S’organiser : prenez l’avion pour Palerme ou Catane ou effectuez la courte traversée jusqu’à Messine depuis la Calabre. La plupart des sites se concentrant sur la côte, un circuit autour de l’île permet de les relier.
À savoir : la saison des sports d’hiver sur l’Etna dure jusqu’en mars – vous pourrez skier le matin, puis profiter du soleil à Taormine.

adobestock_78066595.jpeg

La cathédrale médiévale de Monreale, en Sicile

2. Les Maldives

Pourquoi en mars ? Pour s’initier à la plongée dans de bonnes conditions.
Il peut sembler incongru d’appeler pays ce long archipel de quelque 1 200 îles formant 26 atolls éparpillés sur 800 km d’océan Indien. Avec ses maisons bâties sur des récifs coralliens au ras de l’eau, le paysage dégage une beauté fragile et diaphane. Les Maldives se présentent sous leur plus beau jour vers le mois de mars, quand l’humidité et la pluie sont faibles, le ciel est clair et la visibilité sous-marine remarquable. En dehors de ses atouts phares bien connus des amateurs de baignade et de bronzette – eaux turquoise et complexes hôteliers de luxe –, c’est aussi une destination fabuleuse pour apprendre à plonger, grâce à quantité de prestataires expérimentés.
S’organiser : l’itinéraire sera différent selon que vous choisirez des vacances actives ou de détente. En mars, l’atoll Ari offre les meilleures occasions de plonger en
compagnie de requins-baleines, voire de raies manta – les locaux vous indiqueront les spots.
À savoir : certains complexes s’adressent à une clientèle familiale, avec des spécialistes expliquant aux enfants le fragile écosystème des atolls.

adobestock_221544956.jpeg

Vous aurez peut-être la chance d'apercevoir des requins-baleines, voire de raies manta, au cours de vos plongées

3. San Diego

Pourquoi en mars ? Pour un break sur la côte au printemps.
Malgré sa taille, San Diego est une ville décontractée. L’été est certes plus chaud et plus sec, mais elle jouit déjà en mars de températures fort agréables. Les visiteurs à cette saison bénéficient en outre d’un meilleur rapport qualité/prix et d’une attente réduite devant les nombreuses attractions phares. Bien sûr, il y a les plages : Mission avec ses montagnes russes en bois, Pacific Beach pour le surf, Moonlight privilégiée par les familles, La Jolla pour le kayak et le snorkeling, la paisible Del Mar avec sa large vue sur l’océan et la splendide Coronado. Le parc Balboa, ses musées et son zoo ne sont pas pris d’assaut, mais les bars et restaurants du Gaslamp Quarter sont toujours animés. Rendez-vous au nord vers Carlsbad pour admirer les champs de renoncules des Flower Fields ou dans la réserve d’État des pins de Torrey pour randonner sur des sentiers de crête – guettez les dauphins et les baleines grises qui migrent entre décembre et mars.
S’organiser : l’aéroport de San Diego n’est qu’à quelques kilomètres du centre-ville.
À savoir : vérifiez les dates des vacances de printemps, qui attirent de nombreux étudiants.

adobestock_23428118.jpeg

Réserve d’État des pins de Torrey, près de San Diego, Californie

4. Le Nord du Pays de Galles

Pourquoi en mars ? Pour des activités de plein air dans un décor printanier.
En mars, les coteaux du pays de Galles sont parsemés de jonquilles, parmi lesquelles gambadent de jeunes agneaux. Bien que le soleil ne soit jamais garanti, la campagne galloise resplendit au printemps, excellent moment pour se secouer de la torpeur hivernale et découvrir des coins méconnus du Royaume-Uni. La vallée de la Dee a tout ce qu’il faut pour des vacances sportives – la rivière est l’une des rares dont les eaux vives permettent toute l’année la pratique du rafting, du kayak, du bodyboat et même du SUP. Dans cette région, incluant le Clwydian Range au nord, les possibilités d’activités abondent : randonnées au Castell Dinas Brân en ruine et au pont-canal de Pontcysyllte, train à vapeur du Llangollen Railway, tyroliennes, trampolines dans une grotte ou encore surf sur une vague artificielle dans le parc national de Snowdonia.
S’organiser : Llangollen constitue une bonne base pour un séjour dynamique dans la vallée de la Dee et le Clwydian Range. Snowdonia se situe à 32 km à l’ouest.
À savoir : pas de gare à Llangollen – la plus proche est celle de Chirk, à 10 km.

adobestock_104678695.jpeg

Vue sur les ruines Castell Dinas Bran, Pays de Galles

5. Le Costa Rica

Pourquoi en mars ? Pour admirer des paysages somptueux à la meilleure saison.
Minuscule pays aux paysages et à la faune incroyablement divers, le Costa Rica reçoit beaucoup de pluie, d’où ses forêts tropicales luxuriantes. Mars est la période la plus sèche sur les côtes du Pacifique et des Caraïbes ainsi que dans les hautes terres, malgré les averses probables. Les vacances américaines ont pris fin, et la fréquentation touristique baisse. Reste à choisir par quoi commencer… Gravir le volcan Arenal et le descendre en tyrolienne, ou observer les merveilleux oiseaux de la réserve de Monteverde ? Voir les singes, les paresseux et les iguanes du parc national Manuel Antonio ou bien les caïmans et les lamantins du parc national de Tortuguero ? Faire du rafting sur la Pacuare ou surfer ? Visiter une plantation de café ou lézarder sur une plage caribéenne ?
S’organiser : les distances routières entre les sites sont généralement courtes. Une semaine suffit donc pour effectuer une boucle depuis San José incluant l’Arenal,
Monteverde et Manuel Antonio. Prévoyez davantage de temps avec la côte caribéenne.
À savoir : apportez un produit contre les insectes et de la crème solaire efficace. Sachez que vous devrez conduire dans des conditions difficiles.

fotolia_64252911_subscription_monthly_m.jpg

Le mois de mars est idéal pour découvrir la faune et la flore incroyables du Costa Rica

6. Le Sichuan, en Chine

Pourquoi en mars ? Pour les pandas et les fleurs de printemps.
La vaste province du Sichuan se distingue par sa grande diversité culturelle. Il est particulièrement agréable de la traverser du nord au sud au début du printemps, quand les poiriers et autres plantes fleurissent. Si la capitale, Chengdu, possède de nombreux temples et de parcs, ce sont les pandas qui constituent l’attraction phare de ce voyage. Une partie des 1 600 pandas géants subsistant sur la planète vit au Sichuan et juste au nord, dans les monts Qinling du Shaanxi. Faites connaissance avec cet animal au centre de recherche situé à 10 km au nord de Chengdu, ou rendez-vous dans la réserve de Bifengxia, qui rassemble 80 individus sur une zone plus étendue. Plus au nord, le parc national de Jiuzhaigou en héberge aussi, plus difficiles à apercevoir. En revanche, vous croiserez peut-être des singes dorés en arpentant à pied son paysage ponctué de forêts, de cascades et de 114 lacs turquoise.
S’organiser : atterrissez à Chengdu et visitez Bifengxia avant d’effectuer une boucle au nord jusqu’à Jiuzhaigou via la ville ancienne de Lángzhōng.
À savoir : travailler comme bénévole à Bifengxia permet d’approcher les pandas.

adobestock_211429396.jpeg

Panda détendu, réserve naturelle de Bifengxia, province du Sichuan

7. Le Madhya Pradesh, en Inde

Pourquoi en mars ? Pour avoir toutes les chances de surprendre Shere Khan.
Si vous désirez rencontrer le plus grand félin au monde, Panthera tigris, le centre de l’Inde est le lieu tout indiqué. En mars, la saison sèche a eu raison des herbes, la visibilité est meilleure et les animaux se rassemblent aux points d’eau. On estime à seulement 3 000 (voire moins) le nombre de ces fauves qui survivent dans 13 pays ; deux tiers d’entre eux se trouveraient sur le territoire indien. Les safaris en jeep dans les réserves du Madhya Pradesh offrent des chances raisonnables d’en apercevoir. Bandhavgarh, Kanha, Tadoba-Andhari et Pench, l’endroit qui aurait inspiré à Kipling Le Livre de la jungle, renferment des populations de tigres en (relativement) bonne santé, ainsi que des léopards, des ours lippus, des singes et de nombreux oiseaux. Si la réserve de Satpura s’avère moins fiable pour voir des tigres, on peut en revanche y faire de belles marches et sorties en kayak.
S’organiser : l’aéroport le plus pratique se trouve à Nagpur. Il est assez simple de combiner safaris dans des réserves et visite des temples de Khajuraho, célèbres pour leurs sculptures érotiques, voire du Taj Mahal et des palais du Rajasthan.
À savoir : la plupart des réserves de tigres, sauf Tadoba-Andhari, ferment au public durant la mousson, de mi-juin à septembre.

adobestock_138869961.jpeg

Tigre du parc national de Kanha en Inde

8. La Basse-Californie, au Mexique

Pourquoi en mars ? Pour les baleines.
Les baleines grises qui se rassemblent au large de cette étroite péninsule sauvage sont de sympathiques visiteuses. Environ 10 000 d’entre elles migrent de l’Arctique vers la côte pacifique de l’Amérique du Nord, pour hiverner dans les lagons de Basse-Californie. C’est là qu’elles s’accouplent et mettent bas. Leur nombre culmine de février à avril. Dans la Laguna San Ignacio, en particulier, les cétacés se montrent extrêmement curieux, suivant souvent les bateaux… et réclamant parfois des caresses ! La vision de ces géants des mers est réellement très émouvante. Les eaux qui bordent la côte pacifique de la Basse-Californie recèlent de nombreuses autres espèces, dont des baleines à bosse, des dauphins et des otaries à fourrure. Sur la côte est, la baie de La Paz est un repaire de requins-baleines, tandis que la mer de Cortez figure parmi les sites phares de la planète pour les rorquals de Bryde et les baleines bleues.
S’organiser : les expéditions en bateau vers le sud au départ de San Diego offrent l’expérience la plus riche. D’autres partent de San Ignacio, Cabo San Lucas (pour la mer de Cortez) et La Paz.
À savoir : l’aéroport international le plus proche se situe à Loreto. Cabo San Lucas, à 10 heures de route, accueille davantage de vols.

adobestock_210586393.jpeg

Observation des baleines dans le lagon Ojo De Liebre, en Basse-Californie

9. Valence, en Espagne

Pourquoi en mars ? Pour les festivités des Fallas, la meilleure paella d’Espagne et le soleil de printemps.
La troisième ville d’Espagne se réchauffe en mars, climatiquement et culturellement. À l’occasion de la fête populaire des Fallas, des centaines d’immenses statues de carton appelées ninots sont brûlées (c’est la cremà) avec force feux d’artifice et réjouissances. Saisissez l’occasion pour apprécier la richesse culinaire de Valence, reflet de la fertilité des terres agricoles de la huerta. C’est ici le fief de la paella, qu’on ne prépare nulle part aussi bien – on peut d’ailleurs contempler des rizières verdoyantes dans la zone humide du parc national d’Albufera voisin, et prendre des cours pour apprendre à cuisiner la paella dans les règles de l’art. Le vieux quartier labyrinthique El Carmen et le complexe de la Cité des arts et sciences, conçu par le célèbre architecte valencien Santiago Calatrava, méritent une visite.
S’organiser : des vols desservent Valence depuis la plupart des grandes villes européennes.
À savoir : Valence est pleine à craquer à l’apogée des Fallas (15-19 mars) – ambiance garantie, mais il faut réserver transport et hébergement bien à l’avance.

adobestock_89790860.jpeg

Les Jardins du Turia de Valence, le plus grand parc urbain d'Europe !

10. Austin, aux Etats-Unis

 Pourquoi en mars ? Pour le SXSW et son bouillonnement de créativité.
On associe souvent le Texas à l’industrie du pétrole et aux millionnaires. Austin secoue pourtant ce cliché. Celle qui n’était qu’une ville universitaire modeste, quoique tendance, a lancé en 1987 un festival d’un nouveau genre, South By Southwest (SXSW), destiné à promouvoir sa scène musicale vivante et les idées novatrices qui l’entouraient. Chaque année à la mi-mars, Austin est quelques jours durant la capitale de la musique, du cinéma et des médias interactifs aux États- Unis. Conférences, manifestations diverses, premières de films… Par ailleurs, en mars, quantité de lieux programment des concerts tous les soirs de la semaine. Après une agréable journée passée dans la campagne alentour à contempler les fleurs sauvages du désert, rejoignez les bords du fleuve Colorado au crépuscule pour assister au spectacle de 1,5 million de chauves-souris, les molosses du Brésil, quittant leur perchoir sous le Congress Avenue Bridge.
S’organiser : si vous venez pour le SXSW, réservez votre badge d’entrée et votre hébergement aussi tôt que possible, idéalement dès août.
À savoir : le festival de musique Austin City Limits, moins alternatif, se tient début octobre.

adobestock_182153034.jpeg

Austin, Texas, USA


Guide de voyage

Le guide indispensable pour partir au bon moment

Paramètres des cookies