1. Accueil
  2. Magazine
  3. France
  4. Languedoc-Roussillon : les incontournables à visiter dans la région !
France

Languedoc-Roussillon : les incontournables à visiter dans la région !

Mis à jour le : 7 avril 2021

Carte

Région côtière au climat doux et ensoleillé, le Languedoc et le Roussillon impressionnent d’abord par la richesse de leur patrimoine historique et naturel. Ils comptent d’ailleurs le plus grand nombre de sites inscrits au patrimoine mondial par l’Unesco ! Son littoral découpé fait alterner villages préservés et criques isolées. On peut tout aussi bien sillonner les paysages à pied, sur un âne, en bateau ou en kayak dans les gorges du Tarn et même à bord de trains pittoresques, dans les Cévennes ou sur les hauts plateaux catalans. Voie de passage depuis l’Antiquité, le Languedoc et le Roussillon sont tiraillés entre plusieurs influences culturelles. Montpellier reste sa capitale incontestée, Nîmes, Uzès et la vallée de la Cèze respirent encore un peu la Provence ; quant à l’Aubrac et la Margeride, ils annoncent la rudesse de l’Auvergne. Tous les bons vivants apprécient cette terre généreuse pour la chaleur de ses villes, la ferveur de ses fêtes et sa cuisine de terroir, suivez-nous vous allez adorer !

1. L’héritage romain

Si, pendant l’Antiquité, Narbonne et Béziers furent des colonies romaines d’importance, en raison de leur positionnement stratégique et des richesses de leur arrière-pays, celles-ci n’en conservent que peu de traces. Nîmes, en revanche, peut se targuer d’avoir su garder, quasi intacts, les magnifiques monuments érigés au Ier siècle av. J.-C. par l’empereur Auguste, fondateur de la ville.

  • Pont du Gard. Dominant le Gardon du haut de ses 47 m, le pont du Gard est le plus haut aqueduc connu de l’Empire romain. Adossé à un superbe espace muséographique, il est aussi un lieu de détente et de loisirs le long de berges aménagées.

  • Maison Carrée. Édifice classique aux lignes harmonieuses, la Maison Carrée fut construite entre l’an 3 et l’an 5 pour le culte impérial.

  • Arènes de Nîmes. L’amphithéâtre de Nîmes, où se tenaient jadis combats et jeux du cirque et qui accueille aujourd’hui corridas et concerts, est l’un des mieux conservés du monde romain.
     

2. Le meilleur de la côte

Si le littoral languedocien a moins de succès que son voisin azuréen, en raison de stations balnéaires bâties sans grand charme, il jouit cependant, grâce à sa géographie singulière, d’une exceptionnelle variété de paysages. Le long de ses 220 km s’égrènent formations dunaires, lagunes, salins, longues plages sablonneuses, côtes rocheuses émaillées de criques, ainsi que des ports de caractère, comme Sète ou Collioure.

  • Côte Vermeille. Avec ses petits ports de caractère, tel Collioure, ses criques aux eaux claires et ses vignes en cascade, la Côte Vermeille possède un charme incomparable. 

  • Sète. À mi-chemin entre tourisme balnéaire et culturel, Sète dénote sur les côtes de l’Hérault. Les canaux de cette petite Venise du Languedoc laissent place, à ses confins, à des plages et aux vastes étendues de l’étang de Thau.

  • Le-Grau-du-Roi. Enserré par la mer, les marais salants et un maillage de voies vertes, le Grau-du-Roi mène à la plage sauvage de l’Espiguette et aux sites naturels de la Petite Camargue.  

  • Gruissan. Outre ses belles étendues de sable léchées par la Méditerranée, propices aux activités nautiques, Gruissan offre de nombreuses possibilités de balades à pied ou à vélo : dans la ville ancienne, surmontée par la tour Barberousse, sur l’île Saint-Martin, entre étangs et salins, ou au cœur du massif de la Clape. 

collioure_by_nicolas_hippert_-_unsplash.jpg

Port plaisance de Collioure

3. Cités et villages de caractère

Carrefour d’influences cosmopolites, riche d’une histoire qui remonte bien avant l’Antiquité, le Languedoc et le Roussillon sont constellés de cités et de villages à l’identité marquée, dotés d’un beau patrimoine bâti. Au charme des vieilles pierres s’ajoutent souvent une atmosphère animée - marchés, artisans, festivals, tables de choix... -  et une campagne environnante propice aux balades.

  • Anduze. Porte d’entrée des Cévennes, Anduze attire les visiteurs pour sa célèbre bambouseraie. C’est aussi le point de départ du train à vapeur des Cévennes.

  • Uzès. Cossue et animée, Uzès se découvre à travers ses ruelles bordées de façades anciennes et autour de la place aux Herbes, lieu parfait pour prendre l’apéritif et théâtre d’un marché hebdomadaire haut en couleur.

  • Céret. La capitale du Vallespir fut le laboratoire du cubisme avant 1914. Si Picasso, Braque et Juan Gris y prenaient alors pension, d’autres peintres, comme Chagall et Soutine, l’ont aussi fréquentée par la suite. Une visite s’impose donc au très beau musée d’Art moderne.

  • Lagrasse. Avec ses ruelles pavées, ses maisons à colombages, ses échoppes d’artisans et son abbaye bénédictine, Lagrasse, blottie au cœur de paysages verdoyants, est séduisante à souhait.

  • Pézenas. Patrimoniale et culturelle, Pézenas s’enorgueillit tout autant de ses majestueux hôtels particuliers et excellents artisans en métiers d’arts que du génie de Molière, dont elle fut le fief.

4. Joyaux d’eau douce

Gorges escarpées, rivières vivifiantes, canaux tranquilles, lacs aux belles eaux… La mosaïque de paysages du Languedoc et du Roussillon permet de tourner le dos à la Grande Bleue pour se mettre au vert, sans délaisser les plaisirs aquatiques. Qu’il s’agisse d’une virée en canoë-kayak, d’un périple en bateau électrique, de sports de glisse ou de simples baignades, les marins d’eau douce y ont la vie facile.

  • Gorges du Tarn. Profondes de plus de 600 m, les gorges qui encadrent le Tarn recèlent des paysages sauvages de toute beauté qui se découvrent aisément en canoë-kayak. La descente au fil de l’eau dévoile également des villages de charme qui raviront les amoureux de vieilles pierres. 

  • Lac du Salagou. Paddle, planche à voile, catamaran, canoë, baignade... Le lac de Salagou, aux rives couleur terre de Sienne hérissées de verdure, fait chaque année le bonheur des estivants.

  • Gorges de l’Hérault. Les gorges de l’Hérault qui, à leur passage le plus étroit, voient s’élever le pont du Diable, se prêtent idéalement au canoë-kayak et à la baignade.

  • Canal du Midi. Sur le tracé paisible du canal du Midi s’égrènent villes gourmandes et de caractère, trouées vertes et ouvrages d’art. Marins novices, ou avertis, y goûtent une certaine douceur de vivre.

lac_du_salagou_by_benjamin_lecomte_-unsplash.jpg

Lac du Salagou

5. Bijoux romans et gothiques

De l’histoire mouvementée de la région et de sa position frontalière subsistent des pépites architecturales mêlant les styles, pour certaines classées sur la Liste du patrimoine mondial par l’Unesco. L’art roman, parfois teinté de gothique, est particulièrement bien représenté, notamment en Catalogne française, qui compte plusieurs œuvres d’un mystérieux sculpteur virtuose, le Maître de Cabestany.

  • Abbaye de Valmagne. Surnommée la “cathédrale des Vignes”, l’abbaye cistercienne de Valmagne, parfaitement conservée, enchante par la grâce de ses lignes et sa pierre rosée.

  • Abbaye de Gellone. C’est autour de l’abbaye de Gellone, pépite de l’art roman, classée par l’Unesco, que s’est édifié le village de Saint-Guilhem-le-Désert, qui a la faveur des Français.

  • Abbaye de Saint-Gilles. Récemment (et brillamment) restauré, le portail sculpté de l’abbatiale Saint-Gilles, chef-d’œuvre de l’art roman, servait au Moyen Âge de “livre de pierre” aux pèlerins venus de toute l’Europe.

  • Abbaye de Fontfroide. Nichée au creux des collines boisées des Corbières, l’abbaye cistercienne de Fontfroide, du XIIe siècle, aux épais murs de grès rose, a su garder son atmosphère envoûtante. 

  • Saint-Martin-du-Canigou. Juchée sur les premiers reliefs de la montagne sacrée des Catalans, l’abbaye Saint-Martin du Canigou mérite amplement la petite demi-heure d’effort à pied.

saint-martin-du-canigou_by_jacques_dillies_-unsplash.jpg

Saint-Martin-du-Canigou

6. Monts et merveilles

Cernés, au nord, par les reliefs méridionaux du Massif central et, au sud, par les Pyrénées, le Languedoc et le Roussillon abritent des sommets parfois auréolés de légendes, souvent gardiens de traditions ancestrales. Ils sont aussi l’occasion de magnifiques randonnées qui s’ouvrent sur des vues à couper le souffle, ou, plutôt, oxygénantes, du fait de l’air pur et de la déconnexion qu’elles procurent.

  • Massif du Canigou. Montagne sacrée des Catalans, culminant à 2 784 m, le massif du Canigou offre une vue splendide sur la plaine du Roussillon fardée de Méditerranée.

  • Lac des Bouillouses. Le site classé des Bouillouses est émaillé de plusieurs sentiers de randonnée, dont ceux des lacs du pic Carlit, où sublimes paysages de haute montagne, air pur et chevaux en estive sont de mise.

  • Mont Lozère. Au cœur du parc national des Cévennes, le mont Lozère, haut de 1 699 m, ravit les marcheurs l’été et les adeptes de poudreuse l’hiver. Il constitue l’une des étapes du mythique chemin du Stevenson.

  • Cirque de Navacelles. Merveille de la nature semblable à un cratère géant, le cirque de Navacelles réserve, en plus d’une vue vertigineuse depuis ses belvédères, d’innombrables possibilités de randonnée.

  • Mont Aigoual. Le mont Aigoual jouit d’une faune et d’une flore exceptionnels, gages de randonnées de choix. Par temps clair, depuis son sommet, le panorama est grandiose.

7. Bastions et nids d’aigle

Le sud du Languedoc et du Roussillon abrite des bastions d’importance, qui témoignent, tantôt du génie de Vauban, tantôt de la créativité de Viollet-le-Duc, ou qui titillent l’imaginaire, à l’instar de la sentinelle aérienne des Cathares. Depuis ces promontoires, les panoramas sont grandioses, et dans les enceintes, les ruelles se prêtent à la flânerie… à condition d’éviter les périodes de forte affluence touristique. 

  • Carcassonne. Joyau architectural, la plus grande cité médiévale d’Europe attire chaque année des millions de visiteurs. Ses deux rangées de remparts crénelés, ses 52 tours dressées vers le ciel, son château comtal et la basilique Saint-Nazaire, n’auront aucun mal à vous transporter au Moyen Âge.

  • Châteaux Cathares. Sur les pitons rocheux du massif des Corbières, les châteaux cathares, ancienne ligne de défense contre l’Aragon, combinent plongée dans l’histoire et panoramas vertigineux. 

  • Villefranche-de-Conflent. La cité de Villefranche-de-Conflent, fortifiée par Vauban, est reliée à son fort défensif, enchâssé dans la montagne, par une “volée” de 734 marches.

  • Aigues-Mortes. Cité fortifiée due à Saint-Louis, Aigues-Mortes est une ville animée. Depuis ses remparts on prend la mesure des étendues sauvages de la Petite Camargue.

  • Montpellier. Un centre historique remarquable, d’excellents musées, de bonnes tables et une vie nocturne trépidante : difficile de s’ennuyer à Montpellier !

  • Nîmes. Entre son musée d’art contemporain, les sentiers du jardin de la Fontaine, ses restaurants de cuisine de marché et ses bars animés, Nîmes, réputée pour ses vestiges romains, est aussi une ville solaire où il fait bon musarder.

vieille_ville_a_montpellier_by_vlad_hilitanu_-_unsplash.jpg

Vieille ville, Montpellier

8. Virées citadines

Que la nature généreuse du Languedoc-Roussillon ne vous détourne pas de ses villes ! Façonnées par l’Histoire, elles sont d’excellentes entrées en matière pour découvrir la région. Elles possèdent chacune un caractère qui leur est propre et rivalisent d’arguments pour séduire : monuments remarquables, musées d’intérêt et quantité d’adresses où goûter aux excellents produits locaux.

  • Perpignan. Profondément catalane, l’ancienne capitale du royaume de Majorque recèle, en plus de son palais ouvert sur les Pyrénées, un centre historique à la personnalité bien marquée, un riche musée des Beaux-Arts et quantité de restaurants gastronomiques.

  • Narbonne. Avec son palais des Archevêques, ses ruelles médiévales et ses terrasses sur les quais, Narbonne, la méditerranéenne, ne manque pas d’attraits.

9. Echappées sauvages

Aux quatre coins du Languedoc et du Roussillon subsistent des terres restées sauvages, où l’homme et la nature cohabitent encore en harmonie. Ces espaces naturels protégés, à la large palette de paysages, traversés par des chemins mythiques (Saint-Jacques-de-Compostelle, Stevenson), sont le haut lieu des activités de plein air, mais aussi le berceau de traditions séculaires bien vivaces. Le dépaysement y est garanti.

  • Les grands causses. Vastes plateaux calcaires percés de gorges spectaculaires, les causses Méjean et de Sauveterre déroulent des paysages de bout du monde, à la faune et à la flore uniques, qui semblent n’avoir pour limite que l’horizon.  Ils sont une promesse de randonnées magnifiques.

  • Camargue gardoise. Pays des gardians, qui veillent sur les chevaux et taureaux sauvages, la Petite Camargue étire ses vastes étendues trouées d’étangs, de canaux et de marais salants, jusqu’à la mer.

  • Aubrac et Margeride. Terre plate et pelée, parsemée de burons aux toits de lauze, l’Aubrac s’offre aux randonneurs et aux pèlerins lancés sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. À l’est, la Margeride dévoile une autre facette de la Lozère, plus verte et vallonnée.

  • Hauts plateaux catalans. Plaines d’altitude toisées par les sommets pyrénéens et mouchetées de lacs et de sources d’eau chaude, la Cerdagne et le Capcir offrent une déconnexion totale.

10. D’amour et de vin

Longtemps considérés comme de moindre qualité, les vins du Languedoc-Roussillon ont pris un virage qualitatif et quantitatif dans les années 1980 et révèlent aujourd’hui de belles surprises. La plus grande région viticole du monde, qui se convertit progressivement au biologique, possède désormais une vingtaine d’AOC, dont il est possible d’apprécier la diversité directement au cœur des domaines.

  • Vignoble des Costières. Les domaines du vignoble des Costières, qui se déploie entre Nîmes et la Camargue, permettent non seulement de déguster cet AOC et de le célébrer lors d’événements dédiés, mais aussi de se promener ou de pique-niquer au cœur des vignes, voire de (très confortablement) y dormir.

  • Vignoble du Pic-Saint-Loup. Cet AOC reconnu qui voit ses cépages grandir sous la vigilance du pic Saint-Loup se goûte entre deux randonnées dans la garrigue et la découverte de villages médiévaux.

  • Vignoble de Banyuls. À Banyuls-sur-Mer, après un bain dans la Grande Bleue, dans les caves de dégustation comme dans les restaurants, le vin doux local se fait connaître, et apprécier.

  • Corbières. Ce vin réputé, qui a pris le nom du massif des Corbières aux sols argilo-calcaires sur lesquels ses fruits en partie s’épanouissent, se découvre au gré de balades dans de jolis villages, comme Lagrasse ou Cucugnan.


Guide de voyage

Un guide Lonely Planet 100% testé sur le terrain, et riche en secrets locaux, pour découvrir le meilleur du Languedoc-Roussillon

Paramètres des cookies