Les plus belles plongées du monde

Publié le 9 Novembre 2012, dans Sports et activités

Pour descendre dans le grand bleu, suivez le guide vers les sites de plongée les plus incroyables de la planète.

1. Grand Trou bleu (Belize)

Vu d’en haut, le Grand Trou bleu ressemble à la pupille d’un œil qui serait l’océan. De l’intérieur, cette grotte sous-marine au Belize est une caverne d’Ali Baba pour les plongeurs. Cette formation d’environ 400 m de diamètre, entourée de récifs, plonge à près de 145 m. À 40 m de profondeur se dressent les formations rocheuses qui attirent les plongeurs du monde entier : des stalactites sous-marines mesurant jusqu’à 15 m. En revanche, la vie sous-marine brille par son absence. Mais quand on nage au milieu de stalactites, quelle importance ? Départ des excursions à 6h, avec retour à 17h30 (à moins que vous ne préfériez passer la nuit à bord).

Scrutez l’onde à la recherche du serpent de mer aperçu dans les années 1960.

2. Lagon de Chuuk (Micronésie)

Ce lagon micronésien héberge des coraux et des poissons tropicaux chatoyants. Mais ce qui attire les plongeurs dans ce lagon de 70 km de largeur, c’est une concentration d’épaves presque unique au monde. Le lagon servit de base navale aux Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, et des dizaines de navires et d’avions y sombrèrent lors d’offensives américaines en 1944. On plonge ainsi sur l’épave du Fujikawa Maru, aux cales abritant des avions de chasse intacts, et sur le Shinkoku Maru, décoré d’éponges et de coraux par dame Nature. Un permis de plongée est nécessaire.

Organisez votre sortie avec Blue Lagoon Dive Shop (www.bluelagoondiveresort.com).

3. Manta Ray Village (Hawaii)

On devine sans peine quel est l’animal phare de ce site de plongée au large des côtes de Kona, sur l’île de Hawaii (la Grande Île), mais ce n’est pas son seul atout : on plonge ici de nuit. Les prestataires braquent de puissants spots sur l’eau pour y attirer le plancton, qui à son tour amène les raies manta (qui à leur tour drainent le plongeur). Toutefois, rien ne garantit que vous en verrez. Il semble que la nouvelle lune soit particulièrement propice aux rencontres.

Au choix, 3 heures de snorkeling aller-retour ou une plongée bouteille certifiée, de nuit. Réservations sur www.hawaiiactivities.com.

Raie Manta, Hawaii. Steve Dunleavy

4. Samarai (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

Retour en enfance ! Allez vous ébrouer dans les eaux sablonneuses de cette île, capitale mondiale du “muck-diving” (plongée à visibilité réduite), pour découvrir l’une des merveilles de la mer. Il n’y a ni requins-baleines, ni raies manta, ni murènes sur cette île au large de la pointe sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Samarai est réputée pour ses minuscules créatures typiques des eaux troubles, notamment ses nudibranches. Des eaux peu profondes rendent ces trésors marins accessibles même aux novices, et vous y verrez aussi des coraux et poissons tropicaux aux couleurs exubérantes, ainsi que des vestiges de l’histoire troublée de l’île.

Renseignements sur Internet ou auprès des prestataires dans la baie de Milne.

5. Pulau Sipadan (Malaisie)

Adoptez le rythme de la tortue pour mettre le cap sur cette île de Malaisie qui figure dans tous les classements des meilleurs sites de plongée de la planète. Tortues vertes et carets sont ici comme des poissons dans l’eau, et le site comprend même un “cimetière de tortues”, à 22 m de profondeur, où s’entassent de nombreuses carapaces. Pour une décharge sous-marine d’adrénaline, direction Barracuda Point, où d’immenses bancs de barracudas dansent dans les profondeurs. Et aucun plongeur digne de ce nom ne partira sans avoir admiré le célèbre Drop Off, à quelques mètres de la côte, où le fonds marin chute brutalement de 600 m. Pour une plongée de nuit, comptez environ 150 ringgits par personne pour un à trois participants, 50 ringgits pour quatre et plus.

Réservez votre permis le plus tôt possible, seuls 120 sont attribués par jour.

Tortue verte, Malaisie. Berbard Dupont

6. Île Cocos (Costa Rica)

C’est sur Cocos, à 600 km au large de la côte pacifique du Costa Rica, que furent tournées certaines des scènes de Jurassic Park, mais c’est sous l’eau que vous attendent aujourd’hui les scènes les plus saisissantes. Les requins-marteaux y évoluent en bancs gigantesques, offrant un spectacle unique à des plongeurs aussi apeurés qu’émerveillés. Innombrables aux alentours de la montagne sous-marine d’Alcyone, ils se mêlent à des requins corail et à des requins-baleines. Personne n’étant autorisé à séjourner sur l’île, les plongeurs logent sur le bateau. De novembre à mai (saison sèche), les eaux sont plus calmes et riches en requins soyeux et en bancs de raies mobula.

La saison des pluies (juin à novembre) donne à voir des bancs fournis de requins-marteaux, mais aussi des eaux plus agitées.

Requin-marteau, Costa Rica. Clifton Beard

7. Gansbaai (Afrique du Sud)

Remontons ensemble la chaîne alimentaire du requin-marteau jusqu’au grand requin blanc, pour nous enfoncer dans les profondeurs, à l’abri d’une cage métallique, à la rencontre du prédateur marin le plus redouté. Un effroi mêlé d’admiration vous envahit (assorti de sérieuses interrogations sur la résistance de la cage) tandis que des grands blancs longs de 6 m vous environnent. Les prestataires de plongée de cette bourgade du Cap-Occidental utilisant des appâts pour attirer les requins, rencontres (et controverses) assurées. Vous trouverez des prestataires à Hermanus, même si leurs bateaux partent de Gansbaai, à 35 km. La plongée en cage coûte 1 100 rands par personne.

La plupart des prestataires proposent le transport depuis Le Cap en Afrique du Sud.

8. Parc national Ras Mohammed (Egypte)

Sur la pointe sud de la péninsule du Sinaï, ce parc national est bordé par la mer Rouge d'Egypte et ses merveilles sous-marines. Il abrite pas moins de 20 sites de plongée parmi les plus beaux de la région. Deux tours de corail immergées, Yolanda Reef et Shark Reef, constituent les sites phares du parc, riches en vie sous-marine. Sur le premier, vous plongerez sur les vestiges de l’épave du Yolanda, dont une cargaison de centaines de cuvettes de WC (et une BMW). La paroi verticale de Shark Reef est appréciée pour ses nombreux poissons et requins.

Tous les visiteurs doivent quitter le parc au crépuscule. Les récifs de corail sont fragiles, respectez-les.

9. Grotte de Cocklebiddy (Australie)

La plaine de Nullarbor, en Australie, a tous les attributs d’un désert, mais sous cet immense bloc calcaire se cache un vaste réseau de grottes. Cocklebiddy, long tunnel de 6,7 km, tout droit et presque entièrement inondé, est un site de choix pour la plongée en grotte. C’est ici qu’en 1983 des spéléologues français battirent le record de la plus longue plongée en grotte en pénétrant jusqu’au bout de Cocklebiddy. La grotte se trouve à 10 km au nord du Cocklebiddy Roadhouse, isolé ; les plongeurs solliciteront un permis au Conservation and Land Management (CALM) d’Australie-Occidentale. Le site est réservé aux spéléologues expérimentés et aucun prestataire ne propose cette plongée.

À Cocklebiddy, le Wedgetail Inn (de 50 à 150 $AU la nuit) est l’unique hébergement disponible.

10. Ile de Port-Cros (France)

Avec ses deux îles satellites, Bagaud et la Gabinière, Port-Cros est le plus ancien parc national marin de France. Fondé en 1963, ce parc est soumis à une réglementation très stricte qui a permis à ses fonds de retrouver leur aspect originel avec une faune d’une densité exceptionnelle. Une abondance qui, jointe à un relief spectaculaire (tombants, secs, failles, grottes, etc.), en fait l’une des plus belles destinations de plongée en Méditerranée. Deux plongées à ne pas manquer : facile, le tour de l’îlot de la Gabinière, pour admirer les nombreux poissons, ou difficile, le sec de la Gabinière, avec son fond chaotique visité par des mérous, des barracudas et des dentis.

Port-Cros, France. Lucy Brace-Evans

Sun plongée (www.sun-plongee.com) est le seul club de l’île.

Retrouvez encore plus d'idées de voyage dans le livre 1000 idées de voyage publié chez Lonely Planet. 

Photo : voir l'image d'origine


Trouvez un vol pas cher avec Liligo